• 48198 visits
  • 2553 articles
  • 185076 hearts
  • 21575 comments

25/04/2018


 

25/04/2018


La FIA a informé les écuries de Formule 1 qu'elles étaient désormais autorisées à monter leurs rétroviseurs sur le Halo, tant qu'elles respectent la réglementation en vigueur.
Les rétroviseurs sont devenus un point de débat, les pilotes remarquant qu'il est devenu encore plus dur de voir derrière eux avec la nouvelle réglementation concernant les ailerons arrière, d'autant que des équipes comme Ferrari adaptent leur design plus que jamais pour trouver des gains aérodynamiques.
Les teams sont désormais autorisés à monter les rétroviseurs sur le Halo dans cette optique. Après des demandes à ce sujet, Nikolas Tombazis, directeur technique monoplace de la FIA, a clarifié la position de la fédération et a donné le feu vert pour ce type de design.
Cependant, il faudra continuer à respecter la réglementation actuelle concernant les rétroviseurs, notamment les règles qui spécifient l'endroit où ils doivent être situés, leurs dimensions minimales de 150 mm x 50 mm et la vision vers l'arrière, testée par la FIA : un pilote doit être capable de lire des lettres ou des numéros placés derrière la voiture.
Les rétroviseurs devront également respecter la réglementation sur les pièces se trouvant à moins de 20 mm du Halo, qui couvre les appendices aérodynamiques.
Dans une directive technique, la FIA a indiqué aux équipes qu'il leur revenait de prouver que les montants étaient suffisamment sûrs : "Vous devez nous convaincre que l'installation est suffisamment rigide pour assurer que le rétroviseur ne vibre pas trop, car cela limiterait la vision du pilote."
De plus, les rétroviseurs ne peuvent être montés à la fois sur le Halo et sur le châssis, car enlever le Halo serait alors plus compliqué.
Tombazis écrit : "Nous n'accepterons pas un double montant des rétroviseurs (Halo + cellule de survie traditionnelle), car cela pourrait retarder les secouristes si jamais ils ont besoin d'enlever le Halo suite à un accident."
La FIA a également souligné que les équipes ne pourraient pas installer des caméras sur des rétroviseurs montés sur le Halo, et que cela pourrait poser problème si la FOM demandait à ce qu'une voiture en particulier utilise une telle caméra.
"Nous n'accepterons pas qu'un câble ou des raccords passent par les appendices aérodynamiques du Halo. Par conséquent, dans les rares cas où il sera demandé à une équipe de monter des caméras sur les rétroviseurs, celle-ci devra installer les rétroviseurs sur le châssis ou sur les pontons", conclut Tombazis.

Concept de rétroviseur monté sur le Halo de la Ferrari SF71-H

Ferrari favorise déjà Vettel au détriment de Räikkönen, selon Symonds 25/04/2018


Le responsable technique de la Formule 1, Pat Symonds, pense que Ferrari a déjà décidé de soutenir Sebastian Vettel par rapport à Kimi Räikkönen dans la lutte pour le titre cette année, suite à la stratégie du GP de Chine.
Räikkönen a été laissé en piste avant son arrêt au stand afin de tenter de favoriser la course de son équipier, une tactique utilisée occasionnellement par la Scuderia dans un passé récent. Ironiquement, à Shanghai, la voiture de sécurité et les incidents qui ont suivi ont conduit à ce que Räikkönen termine troisième alors que Vettel n'a rallié l'arrivée qu'en huitième position.
 

L'ancien directeur technique de Benetton et de Renault, Pat Symonds, a déclaré qu'une telle stratégie n'allait pas aider Ferrari à remporter le titre constructeurs. "Je pense qu'ils doivent décider de la façon dont ils vont courir", a déclaré le Britannique dans une interview pour la F1.
"Je pense que la manière dont ils ont utilisé Räikkönen en Chine était malheureuse, en le laissant si longtemps en piste et en essayant de ralentir [une autre voiture]. Et, pour être honnête, ça n'a pas vraiment fonctionné. Au moment où ses rivaux l'ont rejoint, ses pneus étaient finis et ils ont facilement pu dépasser, donc ça n'a pas été une excellente décision stratégique."
"Je ne pense pas que ce soit une façon d'obtenir un championnat constructeurs. Ils estiment évidemment que le championnat pilotes est plus important et ils ont pris leur décision sur la façon de procéder."
Symonds pense que l'équipe est en meilleure forme que jamais depuis le début de l'ère turbo hybride. "Lors des essais de pré-saison, je pense que nous espérions que Ferrari se rapprocherait de Mercedes, mais nous sentions que Mercedes avait quelque chose en réserve. Eh bien, les premières courses n'ont pas vraiment démontré cela."
"Ferrari a une performance constante. Ils ont un rythme correct en qualifications et un très bon rythme de course. Cela fait longtemps qu'ils n'ont pas semblé aussi fort et je pense qu'ils ont toutes les chances de faire une saison vraiment bonne."
 

25/04/2018

 

Remix from ralf84

25/04/2018

 

Remix from ralf84

Pourquoi Räikkönen est la vraie référence de Ferrari en 2018 25/04/2018


Sebastian Vettel a remporté deux des trois premières courses de la saison de Formule 1, mais son équipier Kimi Räikkönen est la vraie référence concernant la force de Ferrari en ce début d'année 2018.
Le quadruple Champion du monde étant plus jeune et ayant connu une forme récente bien meilleure, ce n'est pas vraiment surprenant de voir Vettel profiter opportunément des mauvais jours de Mercedes et des bons de Ferrari.
Cependant, le passage de Räikkönen du statut de numéro 2 lointain à celui de pilote de pointe constant en ce début de saison est bien plus curieux par rapport à l'histoire récente. Il s'est montré compétitif dès le début de chaque week-end cette année et est plus proche de Vettel à tout point de vue.
 

Le retard de Räikkönen sur Vettel en qualifications sur les trois premières courses est en moyenne de 0,073 seconde, à comparer au 0,391 de l'an passé sur les trois mêmes épreuves et au 0,276 sur l'ensemble de l'exercice 2017.
C'est le Räikkönen le plus compétitif sur un tour depuis les trois dernières manches de 2016, au moment où Vettel est apparu de plus en plus lassé par l'échec des ambitions de Ferrari.
Si l'on compare la moyenne du meilleur tour absolu réalisé lors de chacun des trois premiers week-ends (exprimé en pourcentage) entre cette année et l'an passé, c'est également une bonne nouvelle : en 2017, Räikkönen était à 100,81% quand le leader Hamilton était à 100,01% et Vettel à 100,355%, mais en 2018 le Finlandais s'est rapproché avec 100,359%, Vettel étant désormais le meilleur dans ce domaine avec 100,277% suivi par Hamilton avec 100,312%.
Le comportement de la voiture semble être le déclencheur de ce regain. Räikkönen a souvent démontré une incapacité à s'adapter à une voiture ne convenant pas à son style. Il est immédiatement apparu à l'aise avec la Ferrari SF71H, qui a conservé la régularité de sa devancière et offre aux pilotes un bon ressenti ainsi qu'un avant stable dans différentes conditions.
Le Champion du monde 2007 n'avait clairement pas su maîtriser la Ferrari de 2017 aussi rapidement que Vettel mais il avait progressé au fil de la saison : les modifications réalisées par Ferrari ont permis à Räikkönen d'être plus rapide dès le début cette saison.
Des facteurs indépendants de sa volonté – le Safety Car en Australie, un arrêt au stand raté à Bahreïn et la terrible stratégie de Ferrari en Chine – lui ont coûté des résultats qui auraient été mérités, mais il lui manque également autre chose.
 

Il était frustrant de voir Räikkönen échouer à prendre conscience de sa forme en essais libres à Bahreïn et en Chine et ne pas réaliser qu'il portait une certaine responsabilité dans le fait d'avoir été battu par Vettel en qualifications. Et puis, après un bon départ, il a été sans doute trop timide dans sa lutte contre Vettel dans le virage 1 en Chine.
Il y a peu de doute quant au fait que Räikkönen soit bien plus convaincant, mais il doit allier son confort retrouvé avec une plus grande agressivité pour enfin remporter la première victoire de son second passage chez Ferrari.
Avec cette voiture, cependant, Räikkönen semble déjà être un plus grand atout pour son équipe et pour la F1 qu'il ne l'a été depuis un moment.
 

 

Dovizioso a refusé la première offre de Ducati 25/04/2018


Les négociations se poursuivent alors que le pilote italien, leader du championnat, demande à ce que son salaire soit réévalué à la hausse.
Andrea Dovizioso a refusé la première offre de prolongement de contrat que lui a faite Ducati, bien que les deux parties souhaitent toujours trouver un accord.
En remportant six victoires la saison dernière et en restant en lice pour le titre contre Marc Márquez jusqu'à la dernière course, le pilote italien est devenu le premier atout de la marque de Borgo Panigale. C'est d'autant plus le cas si l'on prend en considération les problèmes d'adaptation de Jorge Lorenzo, son coéquipier, lesquels mettent en doute l'avenir de l'Espagnol avec les Rouges au-delà de l'échéance de son contrat actuel le 31 décembre.
 

Vainqueur du premier Grand Prix de la saison, au Qatar, Dovizioso a quitté Austin en tant que leader du championnat, devançant d'un point seulement Márquez, son plus proche poursuivant. Ce classement, bien meilleur qu'il ne l'était il y a un an, le met en position de force dans les négociations qu'il mène actuellement pour rester au sein de l'équipe italienne.
Il y a quelques jours, Ducati a présenté à Dovizioso une première offre qui, d'après l'entourage du numéro 4, est très loin de ce qu'il attendait compte tenu des performances qu'il réalise actuellement.
"Nous en sommes loin. Nous avons eu ici une réunion avec Ducati et nous nous sommes accordés sur le fait qu'il faut continuer à travailler pour essayer d'atteindre un point où Andrea sera à l'aise", indique Simone Battistella, l'agent de Dovizioso, a Motorsport.com.
"Le pilote ne demande rien d'extraordinaire, rien qui puisse être considéré comme beaucoup plus que ce qu'il mérite pour le travail qu'il est en train de faire. Mais pour le moment nous ne sommes pas près d'arriver à un accord", explique le manager.
Malgré ce premier refus de la part du pilote italien, personne dans le paddock ne croit vraiment qu'il pourrait changer d'équipe en 2019. Les représentants de Ducati n'envisagent pas de perdre l'élément qui connaît le mieux la Desmosedici et c'est un argument très puissant qu'utilise le pilote pour obtenir les meilleures conditions possibles. C'est d'autant plus le cas en sachant qu'il a signé ses deux derniers contrats au rabais et qu'il empoche actuellement près d'un dixième de ce que touche son coéquipier, qu'il devance cependant dans toutes les statistiques.
 

La nouvelle coiffure tendance rappelle ... 25/04/2018

 

Remix from ralf84

Créativité... 24/04/2018


En 1981, la Lotus 88 allait faire sensation en raison d'une habile trouvaille de son génial créateur, Colin Chapman : elle disposait d'un double châssis, afin de compenser les restrictions à l'effet de sol imposées par la FIA. Recalée au contrôle technique au Brésil, elle tenta encore une apparition à Long Beach aux mains d'Elio de Angelis avant d'être définitivement interdite. La créativité des ingénieurs allait petit à petit être étouffée par les contraintes du règlement.

Palmer : "Hamilton pilote avec regret et frustration" 24/04/2018


L'ancien pilote de Formule 1 Jolyon Palmer est revenu sur la contre-performance réalisée par Lewis Hamilton lors du récent Grand Prix de Chine.
Le champion du monde en titre avait été largement devancé par son équipier Valtteri Bottas à Shanghai, tant en qualifications qu'en course.
Pour Palmer, qui s'exprime dans la chronique qu'il tient sur le site de la BBC, la frustration de Hamilton était clairement visible derrière le volant.
"Lewis est frustré par sa Mercedes, écrit l'ancien pilote Renault. Il était arrivé en Chine avec l'objectif de réaliser une course parfaite et de signer sa première victoire de la saison. Au lieu de ça, il a essuyé une nouvelle défaite."
"Tout avait pourtant bien débuté puisqu'il avait survolé la journée de vendredi, mais ensuite les températures ont chuté de manière significative le samedi et les pilotes Mercedes ont eu du mal à entrer dans la bonne fenêtre de fonctionnement avec leurs pneumatiques."

"Lewis a soudainement réalisé une dernière séance d'essais libres décevante, avec une sortie de piste au virage 10 et de nombreuses autres excursions hors piste. Ce n'était donc pas surprenant de voir Bottas le devancer en qualifications pour la seconde fois de suite."
"On constate que quand la voiture est performante et que Hamilton arrive à trouver le parfait équilibre avec sa voiture, alors il est imbattable. A l'inverse, quand la voiture est plus difficile à mettre au point, c'est Bottas qui semble mieux la piloter."
"Cela s'était déjà produit à plusieurs reprises au début de la saison 2017, et maintenant à nouveau à Bahreïn et en Chine cette année. Les communications radio entre Lewis et son équipe montrent bien qu'il n'est pas satisfait. En Chine, il semblait piloter avec regret et frustration", conclut Palmer.

23/04/2018

 

A lire absolument . Et a faire circuler urgent !!!! C 'est important !!!!

Sur le parking d'un supermarché, une blonde s'aperçoit que quelqu'un lui a fait une grosse bosse sur la portière de sa voiture.
Dépitée, elle commence à faire le tour de son véhicule et se demande comment elle va pouvoir atténuer les dégâts.

Un jeune homme passant à proximité et voyant l'embarra de la demoiselle lui dit en rigolant :
– Le meilleur moyen, c'est de souffler dans le pot d'échappement afin de faire une poussée d'air et de faire ressortir la bosse !

A la stupéfaction du jeune homme, la blonde le prend au sérieux, se met alors à genoux et souffle dans le tuyau.

Une de ses amies, blonde elle aussi, passe devant la scène et lui dit :
– Bah tu fais quoi ?
– J'essaye de souffler dans le pot pour faire ressortir la bosse, ça ne se voit pas !
– T'es vraiment trop bête ! Ça ne marchera jamais !
– Ah oui et pourquoi ? Toi qui est si intelligente...
– Bah enfin, ça ne peut pas marcher, c'est évident, tes fenêtres sont ouvertes !

Remix from ralf84